Mieux gérer face à une personne agressive.

Au travail, dans la vie de tous les jours et parfois même parmi ses proches, il peut arriver que nous soyons confronté.es à des personnes un peu agressives.
Je parle là des petites agressions du quotidien comme un.e collègue qui nous fait une remarque un peu désagréable, un client qui s’énerve, un usager du métro qui n’est pas content et peste sur vous parce que vous l’avez bousculé, votre conjoint qui se met en colère pour une raison qui vous échappe ou un tout petit problème, etc…

En tant que sophrologue et formatrice, j’ai appris de nombreuses manières de gérer ces petites agressions quotidiennes qui peuvent vite devenir pesantes surtout quand on est soi-même sensible ou déjà un peu stressé.

Dans cet article, je souhaite donc vous donner quelques astuces que j’applique moi-même et qui vont vous aider à mieux vivre au quotidien avec les autres même quand ils sont un peu sur les nerfs !

Comprendre l’agressivité de l’autre.

Ce que l’agressivité cache.

Je crois que ce que j’ai appris de plus important ces dernières années c’est que les gens ne sont pas agressifs pour rien. Ça semble évident formulé comme ça mais quand on est face à quelqu’un qui s’énerve sur nous, on perd un peu cela de vue.

Si vous avez donc quelque chose de primordial à retenir de cet article c’est que l’agressivité cache bien souvent un stress, une peur, une angoisse. Je crois que c’est ce qui me permet le plus de remettre les choses en perspective et donc de réagir différemment face à une personne agressive. Elle s’énerve sur vous mais bien souvent, c’est parce qu’elle a peur et cherche à « défendre » quelque chose.

Par exemple au travail une personne agressive a peut-être peur que son travail soit dénigré, pas reconnu, de perdre sa place. Vos proches agressifs peuvent avoir peur pour votre sécurité ou peur pour leurs propres intérêts, dans le métro une personne agressive peut avoir peur d’être en retard, peur de se sentir mal à l’aise parmi les autres, etc…

Ne pas le prendre personnellement

Savoir que l’agressivité vient d’un stress interne à la personne vous permet une seconde réaction primordiale : ne pas le prendre personnellement. La plupart du temps, lorsque quelqu’un s’énerve sur vous, ce n’est pas réellement après vous qu’il en a.

Ainsi, vous pouvez vous détacher de ce que vous dit cette personne agressive. Cela vous évitera de vous sentir mal et d’avoir la pire réaction possible : une réaction purement émotionnelle.
Attention, je ne dis pas que lorsqu’une personne est agressive avec vous, cela ne vous atteindra jamais. Mais si vous prenez le temps de remettre les choses en perspective en gardant à l’esprit que c’est l’expression de sa peur et que ce n’est pas réellement contre vous, cela semble déjà bien moins effrayant et permet de prendre du recul.

Bienveillance et empathie.

J’en viens alors à mon dernier point : comment réagir ? Tout simplement avec bienveillance et empathie.

Lorsqu’une personne est agressive avec vous, la meilleure réaction et de rester calme, d’écouter, de ne pas se laisser submerger par ses émotions mais plutôt de vous mettre à la place de la personne. Je vais revenir dans cet article sur des techniques qui peuvent vous aider.

Un bon moyen de calmer le jeu est de poser la question « qu’est ce qui ne va pas ? », « qu’est ce qui t’inquiète ? » ou « que puis-je faire pour t’aider ? ». Souvent, vous allez avoir une réponse utile et intéressante dont vous n’aviez même pas idée. Votre but est de ramener votre interlocuteur a évoquer des faits et non pas des émotions. Et plus vous serez calme, plus votre interlocuteur va se calmer, par mimétisme et parce qu’il se sentira écouté donc apaisé.

Rester calme et ne pas se laisser submerger.

Chauffage corporel, soufflet thoracique et respiration contrôlée.

Je vous entends déjà penser « c’est super son truc mais concrètement, comment on fait ? »

Je le dis souvent mais dans ce cas (encore) la respiration est votre meilleure alliée. Lorsque vous vous retrouvez face à une personne agressive qui a tendance à vous crier dessus, commencez par respirer pour vous recentrer.

Quand vous êtes en pleine conversation avec une personne agressive, vous n’allez pas lui dire de se taire le temps de faire un petit chauffage corporel. Cependant, vous pouvez vous concentrer sur votre respiration pour ne pas vous laisser submerger par vos émotions et votre envie de réagir au quart de tour !

N’hésitez pas à poser une main sur votre ventre pour sentir votre respiration abdominale et à l’approfondir au maximum pour essayer de vous relaxer. Vous pouvez aussi simplement vous concentrer sur le mouvement de vos côtes.

Mais vous pouvez essayer également d’inspirer, de bloquer votre respiration quelques secondes puis d’expirer et de bloquer votre respiration à nouveau avant de recommencer.

Cela aura pour effet de mieux gérer vos émotions en mettant votre cerveau en alerte.

Se préparer en avance.

Si vous savez que vous allez être confronté.e à une personne qui a tendance à être agressive, préparez-vous en avance.

Vous pouvez, par exemple, faire l’exercice des rotations axiales qui vous permettra de créer une zone de calme, de sécurité autour de vous. Vous pouvez faire cet exercice rapidement n’importe où (dans les toilettes, une pièce au calme, la salle de pause, etc…)

Installez-vous les pieds parallèles, écartés de la largeur du bassin, les genoux légèrement déverrouillés, le dos droit et les épaules relâchées et les bras le long du corps. La tête droite dans l’axe et fermez vos yeux.

Une fois installé.e, prenez une profonde inspiration par le nez en gainant le bas de votre corps pour qu’il ne bouge pas.
Puis bloquez votre respiration et faites des rotations de gauche à droite avec votre bassin en laissant vos bras suivre souplement le mouvement. Imaginez que vous délimitez une zone de calme, de silence autour de vous à l’aide de vos bras.

Enfin soufflez par la bouche en revenant en position initiale. Reprenez votre respiration naturelle en prenant quelques secondes pour vous concentrer sur les ressentis.

Faites cet enchaînement 3 fois.

Effectuez des rotations du buste.

Pendant que vous pratiquez l’exercice, imaginez que vous délimitez une zone autour de vous comme un écran de protection. Visualisez que cette bulle autour de vous, vous protège de l’agressivité qui ne pourra pas vous atteindre.

S’apaiser après avoir été face à une personne agressive.

Parfois, malgré des efforts, on a du mal à gérer ses émotions face à quelqu’un d’agressif. Il est à nouveau temps de faire appel à la sophrologie pour s’apaiser et lâcher prise pour pouvoir prendre du recul.

Pour cela, isolez-vous quelques instants et prenez le temps de faire l’exercice des éventails.

Installez-vous les pieds parallèles, écartés de la largeur du bassin, les genoux légèrement déverrouillés, le dos droit et les épaules relâchées et les bras le long du corps. La tête droite dans l’axe et fermez vos yeux.

Inspirez profondément par le nez en levant les bras à l’horizontal devant vous, mains ouvertes et bloquez votre respiration.
Ramenez les mains vers votre poitrine en agitant les doigts comme des éventails. Puis soufflez doucement par la bouche en relâchant les bras le long du corps.

Inspirez en levant les bras devant vous
Ramenez les bras vers votre poitrine en les agitant comme des éventails.

Pendant cet exercice, imaginez effacer et repousser l’agressivité et les émotions négatives qui l’accompagnent pour vous en débarrasser. Sentez que vos mains ouvertes ne retiennent rien de négatif et que vous lâchez complètement prise par rapport à cette agressivité.

Montrez l’exemple.

Le mimétisme.

Je vous parlais tout à l’heure du mimétisme et du fait que si vous restez parfaitement calme et apaisé, la colère de la personne en face de vous aura naturellement tendance à descendre d’un cran.
Je ne dis pas que c’est simple, parfois vous aurez aussi envie de hausser le ton : par mimétisme. Mais si vous faites le nécessaire pour rester calme, votre interlocuteur aura tendance à faire de même.

Vous pouvez alors utiliser ce mimétisme en montrant à votre interlocuteur agressif comment vous pouvez communiquer tout en restant courtois et bienveillant. Et pour cela vous pouvez utiliser des techniques comme la communication non-violente.

La communication non-violente, un outil efficace.

J’ai appris ce type de communication lorsque j’ai fait de la vente et que le travail en équipe était primordial. C’est un excellent moyen de résoudre les conflits sans agressivité et avec bienveillance. Je l’utilise toujours dans mon quotidien même avec mon conjoint, mes amis, mes collègues et dans mon activité de formatrice.

Un processus simple en 4 étapes :

La première c’est : l’observation. Dans cette étape, vous allez exposer les faits. Sans les analyser, sans les juger. Voilà ce que vous avez observé. Cela peut être « j’ai observé que tu n’avais pas rangé tel objet à tel endroit. » ou « j’ai remarqué que tu ne m’avais pas prévenu de tel évènement » etc… Un fait est irréfutable puisqu’il est objectif.

La seconde étape c’est d’exprimer votre émotion en commençant par « JE ». Vous ne parlez qu’en votre nom et pas pour quelqu’un d’autre pour évoquer les émotions que le fait observé à provoqué chez vous. « Je me suis senti. blessé.e. » ou bien « cela m’a fait sentir exclu.e » ou « J’ai eu peur que… ».
Là encore, l’émotion est irréfutable. Vous l’avez ressentie DONC elle existe même si ce n’était pas ce que voulait votre interlocuteur.

La troisième étape consiste à exposer vos besoins. Là vous allez en profiter pour indiquer quel besoin vous avez à combler par rapport à la situation évoquée. Par exemple : « j’ai besoin de me sentir en sécurité », « j’ai besoin de sentir que je suis écouté.e », « j’ai besoin que mon travail soit reconnu… »
Ici vous amenez votre interlocuteur a comprendre en quoi cela est important pour vous.

La quatrième et dernière étape c’est la demande. Proposez une solution, une vraie demande claire et précise avec des actions concrètes. Par exemple « j’aimerais que tu me demandes avant de déplacer cet objet la prochaine fois ». « J’aimerais que tu me dises que tu apprécies mon travail quand c’est le cas » « j’aimerais que tu m’écoutes sans m’interrompre quand je veux te confier ceci ou cela »…
Le fait que vous proposiez vous-même une solution et que vous n’attendiez pas simplement que la personne devine ce qu’il faut faire lui fourni les outils nécessaires pour savoir comment vous soulager.

A eux de jouer !

Voilà comment en 4 étapes simples, vous avez communiqué sans jamais vous énerver et sans agressivité !
Quand votre entourage verra comme cela peut être confortable de ne pas créer de conflit à chaque demande, ils auront surement envie de vous imiter. N’hésitez pas à leur enseigner ces différentes techniques afin que cela soit le plus confortable possible pour tout le monde !

Voilà pour ces astuces qui vous permettront de mieux gérer face à une personne agressive avec calme, bienveillance et sans créer de conflit. J’espère que cela vous aidera et n’hésitez surtout pas à mettre en place ces astuces aussi bien au travail qu’à la maison !

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le sauvegarder et le partager sur Pinterest !